Principaux enjeux et propositions pour une gestion et une protection harmonieuse des ressources eau et bois

Principaux enjeux et propositions pour une gestion et une protection harmonieuse des ressources eau et bois

Auteur : Michel Lafforgue, Julien Fiquepron, Patrick Lachassagne

Édition : Revue Forestière Française

Réference / revue : 311/9859

Date de la publication/parution : 19 Décembre 2014

Parmi les diverses fonctions environnementales exercées par la forêt, la protection de la ressource en eau mérite une attention particulière, que plusieurs projets récents ont permis de nourrir. Grâce à la pérennité du couvert, la forte activité biologique des sols forestiers, des pratiques sylvicoles peu consommatrices d'intrants chimiques, l'eau issue des bassins versants forestiers présente, à faible coût, une qualité supérieure à celle des autres types d'occupation du sol. L'activité forestière peut néanmoins générer des contaminations ponctuelles ou diffuses qu'il convient de prévenir. Les solutions techniques sont maîtrisées. En revanche, les procédures de protection des périmètres de captage se révèlent difficilement applicables. Une autre forme de dispositif financier basé sur la contractualisation est actuellement à l'étude. Sous l'angle quantitatif, la forêt influence très significativement le devenir des pluies, avec deux effets antagonistes : certes la forêt réduit le ruissellement et favorise l'infiltration des eaux vers les aquifères, mais encore elle intercepte et transpire une part significative des précipitations. Selon les configurations forestières et celles des bassins versants, le bilan global quantitatif, par rapport à d'autres types d'occupation du sol, peut être excédentaire ou déficitaire en termes de ressource en eau. L'outil de modélisation numérique développé dans le cadre du projet LIFE+ SEMEAU permet de quantifier ce rôle hydrologique quantitatif de la forêt, ainsi que certains effets qualitatifs (nitrates). Cette démarche intégrative a permis à la Société des Eaux de Volvic de compléter sa politique de protection des eaux en y associant tous les acteurs forestiers du bassin versant. Ce projet ouvre des perspectives techniques pour améliorer la « productivité hydrologique » forestière. Dans les zones sous forte tension démographique ou climatique, cette opportunité d'atténuation des tensions liées à la ressource en eau donnera à la gestion forestière une finalité complémentaire. Pour cela, il conviendra de réviser les modalités de financement de la gestion de l'eau en la réorientant, de priorités trop exclusivement curatives, vers une promotion vertueuse des aménités.